​Critique d'art.

Critique d'art. Patricia TROJMAN Docteur en Philosophie, Critique d'Art, Présidente du Grand Prix de la ville de Nice.



​​LE RETOUR A LA PEINTURE COMME UNE RENAISSANCE.


C'est après trente ans de silence du à ses occupations professionnelles et familiales que Rita REVIL fait son retour au chevalet. Une véritable éclosion picturale la fait travailler sur tous les registres des paysages, portraits, natures mortes, fresques historiques, copies des grands maîtres, sans s'arrêter, comme s'il fallait rattraper la longue parenthèse sans créativité. Enfin heureuse de retrouver la parole dans et par la peinture, c'est plus que le seul souci d'esthétisme qui guide l'artiste, sa passion pour la lumière qu'elle capte au sein des scènes de nature, ou des scènes religieuses, sa réinterprétation du songe de Joseph de Georges Delatour est saisissant par sa profondeur et son étude chromatique. Rita REVIL a fait ses gammes à partir des ouvres de Van Gogh dont elle conserve le principe d'investissement psychologique du peintre dans ses sujets. En effet, son travail de peintre figuratif est totalement absorbé par la matière, la couleur, les thèmes évoqués, cette immersion du regard de l'artiste permet de mieux comprendre le climat émotionnel qui règne dans ses huiles sur toile. La concentration est extrême, convergeant sûr le point de fuite, avec un sens de la perspective naturel qui permet à chaque toile d'exhaler spontanément tous les parfums de Provence; en témoignent ses champs de coquelicots et ses lavandes de St Paul de Vence dont le géométrisme donne une modernité hors du commun à son style. Mais Rita REVIL ne s'arrête pas sur les seuls chemins de Provence, elle expérimente d'autres expressions picturales, notamment la fresque historique pour le cinéma, ce qui lui permet de se confronter au gigantisme et à la composition baroque. Ses dernières ouvres nous séduisent par leur caractère proprement jubilatoire, un port de Menton dont l'éclairage magnifique fait penser aux splendeurs de l'Orient, une fantasia, qui explore la blancheur des djellabas en contraste avec ses chevaux noirs au galop. A l'écoute de tous les bruits du monde, peintre du voyage, l'exotisme de ses sujets, font de Rita REVIL une belle nature de peintre, volontaire, dynamique offrant son talent avec la générosité de sa propre inspiration, son message par la peinture, c'est celui de Prévert :« j'écris ton nom,liberté ».

Patricia TROJMAN Docteur en Philosophie, Critique d'Art, Présidente du Grand Prix de la ville de Nice.